Cette année ce sera la fête!

Cette année, Trimetal fête ses 110 ans ! Un anniversaire dont nous sommes particulièrement fiers et qui sera largement célébré tout au long de l'année.
Mais commençons par revenir aux origines de Trimetal ...

Comment tout a commencé

La genèse de Trimetal nous ramène à l'époque de la révolution industrielle en Europe. Car la peinture a très longtemps gardé son caractère artisanal avant de s'adapter à l'ère industrielle. C'est l'industrialisation qui a conduit à la création de Trimetal.

En 1870, un ingénieur belge de la Maastrichtse Zinkwit Maatschappij (MZM) fonde dans le Limbourg néerlandais une petite usine de production d'oxyde de zinc. Aux alentours de 1900, un nouveau pigment blanc fait son apparition sur le marché: le lithopone. M.Z.M. prend la décision de fabriquer son produit non seulement sous forme de poudre mais aussi de pâte, permettant ainsi au peintre d'effectuer la préparation directement sur le chantier. C'est notamment en vue de cette production que les premières usines M.Z.M. voient le jour à cette période.

Extension des Pays-Bas à la Belgique

En Belgique la construction d'usines commence en1904, sous l'impulsion de la firme CPS, précurseur de Trimetal. Trimetal était le nom de marque des «blancs écrasés ». Cette appellation évoquait les trois métaux utilisés : le zinc, le plomb et le baryum .

Le 26 Juillet 1913, la société est baptisée Stella.  Usine pilote dans le développement des produits MZM, Stella prend ses quartiers à Machelen en 1914. C'est là, au lendemain de la Première Guerre mondiale, qu'une gamme de peintures, mastics et colorants mélangés commence à sortir de la chaîne de production.

Bombardée pendant la guerre 40, l'usine est reconstruite et les activités de l'entreprise sont réorientées. Stella abandonne les pigments blancs pour se lancer dans la production de peintures, vernis et diluants prêts à l'emploi.

L'avènement de la peinture à l'eau : le latex.

En 1953, Stella entame une période de renouvellement sur le plan scientifique et technologique. Elle figure  parmi les premières à proposer une peinture en dispersion aqueuse, appelée Latex. Celle-ci devient bientôt la plus utilisée pour les murs. Ce nouveau type de peinture à l'eau connaît immédiatement un tel succès qu'il entraîne bientôt la disparition des méthodes de peinture de façade traditionnelles. De même, à l'intérieur, le papier mural se trouve de plus en plus souvent relégué au second plan.

De Stella à Trimetal

En 1963, la société est rebaptisée Trimetal afin de ne pas compromettre la fabrication et la vente en France où une autre firme a déjà déposé le nom de Stella. Vers la même époque Trimetal est repris par Nobel Industries. En 1994, le Groupe Nobel entre dans le giron d'Akzo. Depuis lors, Trimetal fait partie du groupe Akzo Nobel.

Centenaire et bien vivant

En 2004, Trimetal a eu 100 ans. Un anniversaire qui a été largement célébré, prouvant ainsi que l'on peut afficher cent ans au compteur et garder un dynamisme à toute épreuve.

Ces dernières années, les efforts ont été axés particulièrement sur l'optimisation de la gamme. Rester en contact permanent avec le professionnel permet à Trimetal de répondre étroitement aux besoins et attentes du peintre d'aujourd'hui. Et ce, en proposant une vaste gamme de services et de systèmes de peinture, en adéquation parfaite avec les nombreuses applications du marché.

Une nouveauté chez Trimetal depuis 2010 : Magna. Cet assortiment de peintures haut de gamme comprend Magnaprim (idéal pour les couches de fond), Magnacryl (peinture murale acrylique), et Magnatex (peinture murale à base de latex).

Trimetal ne se montre pas moins dynamique en termes de communication. 2012 a vu le lancement de son nouveau style visuel, d'une efficacité et d'une cohérence parfaites, comprenant notamment un tout nouveau site internet.

2013 a été marquée par l'ouverture des Trimetal Paint Centers. Les gens de métier y trouvent un assortiment professionnel complet, les dernières technologies de mélange des couleurs et tout le savoir-faire technique indispensable.

Tous les motifs sont bons pour faire la fête.

En 2014, reprise des festivités car Trimetal souffle ses 110 bougies ! Au programme, une longue suite d'activités conviviales et dynamiques, où tous les partenaires sont invités à participer. Tout cela autour d'un seul mot d'ordre : bravo et longue vie à Trimetal !